Une intelligence artificelle compose des chansons / Bonus & Caviar


Décidément, plus on avance et plus on se dit qu’on ne va rien comprendre à ce monde quand on sera vieux.
Alors que Lyft, le concurrent américain d’Uber, a annoncé que la majorité de son parc automobile sera autonome en 2021 (comprendre : les voitures rouleront seules), et que Google souhaite commercialiser sa Google Car pour le grand public d’ici à cinq ans – peut-être en même temps que nous nous ferons livrer des pizzas par drones – c’est un nouveau petit pas pour un robot mais un saut pour l’intelligence artificielle de manière générale qui s’est opéré cette semaine.
Le Computer Science Laboratory Sony de Paris, dirigé par François Pachet, a créé le logiciel Flow Machines, capable à l’instar de Mozart ou de Jul de composer ses propres chansons. Et l’équipe de chercheurs le prouve : deux titres ont été mis en ligne.

En pratique toutefois, le procédé est moins futuriste qu’il en a l’air. En effet, si Flow Machine peut créer de la musique, c’est parce qu’il pioche dans une base de données de plus de 13 000 partitions, de genres et d’artistes différents. L’humain a toujours un rôle à jouer, celui de sélectionner un style de musique pour que la machine analyse les chansons pertinentes dans sa base de donnée et ponde une partition inédite. Reste à l’homme de mixer et masteriser la chanson, et de chanter par-dessus si bon lui semble.

Si comme nous la musique ne vous séduit pas vraiment, nous auront le temps de forger notre avis : le CSL Sony a promis la sortie d’un album complet en partenariat avec différents artistes. Plus qu’un pas et l’hologramme de Tupac pourra sortir de nouveaux albums.